• Niger

Aujourd'hui, 75% de l'Afrique Sub-Saharienne souffre du manque d'accès à l'eau potable*. Pendant les 11 dernières années, Volvic et Unicef ont travaillé ensemble pour améliorer l'accès à l'eau en Afrique.

Grâce au soutien des consommateurs, le programme « 1L=10L en Afrique » a amélioré la santé des communautés locales et augmenté la présence des enfants à l’école.

Source: Progress report on water, sanitation and hygiene 2017, update and evaluation of SDGs (WHO / UNICEF)

 

Découvrez leur histoire…

© UNICEF

Zina Tassiou, 14 ans du village de Gangara (Niger)

"J’habite un village de 1500 habitants et nous n’avons pas d’accès à un point d’eau potable. Avant on marchait plus de 20 minutes pour chercher de l’eau. L’eau était très sale et devait être tirée d’un puit à l’aide d’une corde, ce qui était très fatigant. Depuis l’arrivée du point d’eau à Rigal Djerma, un village à côté, les choses ont beaucoup changées. Chercher l’eau est devenu beaucoup plus facile et prend moins de temps. Encore mieux, l’eau est complètement claire, propre et potable, je n’ai plus peur de tomber malade. Et le temps que je gagne, je peux l’utiliser pour aller en cours, m’amuser avec mes copines et être à l’école à l’heure. En plus, je peux me laver quand je veux, surtout quand il fait très chaud dehors ! "

 

 

 

© UNICEF

Zaoura Amadou, 12 ans du village de Garin Djibo, (Niger)

"Je ne vais pas à l’école donc c’est moi qui suis responsable d’aller chercher de l’eau pour toute la famille. J’allais aux puits de la vallée de Garake, située à peu près à 1km de notre maison. L’eau était sale et dangereuse car elle était exposée aux conditions météo, mais c’était la seule eau que l’on pouvait utiliser pour cuisiner, nettoyer et laver nos vêtements. Le retour était difficile parce que je montais une dune avec des bocaux d’eau sur ma tête. Avec le nouveau point d’eau dans le village, je gagne beaucoup de temps et je peux aider ma mère beaucoup plus dans la maison, et j’ai toujours le temps de jouer et danser avec mes copine. « Na Godé », merci à tous ceux qui ont permis cela."

 

 

 

© UNICEF

Aicha Maazou, 18 ans et maman d’une petite fille de 6 mois, de Guidan Kaché (Niger)

"Aujourd’hui, chercher de l’eau pour toute la famille prend quelques minutes. Il y a deux ans, je devais attendre jusqu’à 3 heures dans une file d’attente pour chercher de l’eau du puit, et l’eau était très sale…. avec toutes sortes de maladies ». Avec tout le temps gagné, Aicha a pu commencer un petit commerce et participer aux dépenses du ménage, lui permettant de devenir un peu plus autonome. “Avec les 1000 francs CFA que je gagne au quotidien (1.50€), je suis capable d’économiser et contribuer aux baptêmes des enfants de mes voisins ou ma famille ou même leur acheter des vêtements."

 

© UNICEF

M. Souley Mahaman, Chef du village de Guidan Kaché (Niger)

"L’eau était si rare que les fermiers ne pouvaient pas se permettre d’avoir des troupeaux trop grands. C’était un gros problème parce que 70% des villageois vivent grâce à l’agriculture. En 2006, il n’y avait pas plus de 200 animaux, et aujourd’hui on en a 5000."

 

Grâce au soutien des consommateurs pendants ces 11 dernières années, le programme « 1L=10L en Afrique » a déjà amélioré l’accès à l’eau pour plus de 425 000 personnes, en construisant et rénovant 407 points d’eau- donnant accès à plus de 31 milliards de litres d’eau.

 

* Seulement 25% de la population en Afrique Sub-Saharien à l’accès à l’eau potable, le 75% restant a un accès limité ou des services basiques.
Source: Progress report on water, sanitation and hygiene 2017, update and evaluation of SDGs (WHO / UNICEF)

Saisissez votre recherche